Diaporama
Actualités
Toutes les annonces
Espace client
Mon médecin de famille peut-il constater un "burn-out" lié à mon travail ?

Mon médecin de famille peut-il constater un "burn-out" lié à mon travail ?

Publié le : 03/07/2024 03 juillet juil. 07 2024

Dans une décision très récente (28 mai 2024 / n° 469089), les 4e et 1ère chambres réunies du Conseil d'état ont jugé qu'un médecin traitant pouvait valablement constater l'existence d'un syndrome d'épuisement professionnel - autrement dit "burn-out" - sans nécessairement risquer d'être accusé d'avoir rédigé un certificat médical "tendancieux" ou "de complaisance".
 
  • La délicate question des certificats médicaux liés au syndrome anxiodépressif au travail

Il faut savoir que jusqu'alors nombre de médecins ont fait l'objet de poursuites disciplinaires pour avoir oser - ou avoir eu le courage - d'attester par certificat médical qu'il suivaient leurs patients pour syndrome anxiodépressif liés à des difficultés au travail ou un conflit avec leur employeur.

En effet, l'article R 4127-28 du Code de la santé publique dispose que la délivrance d'un rapport tendancieux ou d'un certificat de complaisance est interdite.

Le Conseil national de l’ordre des médecins avait ainsi pris le soin de rappeler dans un rapport intitulé « Les certificats médicaux, règles générales d’établissement » que « la rédaction d’un certificat demande attention et rigueur car il constitue un mode de preuve qui entre dans la catégorie juridique des témoignages écrits. Il fait foi jusqu’à preuve contraire. L’établissement et la délivrance d’un certificat médical exposent le médecin à une responsabilité particulière dont la sévérité est la contrepartie de l’importance revêtue, en droit comme en fait, par ce document ».

Il est vrai, comme le note le Conseil d'état dans sa décision, que ces professionnels de santé ne disposent pas toujours (et même rarement) de "l'analyse des conditions de travail du salarié émanant notamment du médecin du travail". Pour autant, leur diagnostic n'en est pas moins précieux et reste fondé sur leur expertise, la connaissance du dossier médical et l'état de santé de leur patient (qu'ils connaissent parfois depuis plusieurs années).

Vers une reconnaissance accrue du rôle du médecin traitant dans la prise en charge des risques psychosociaux
Ce diagnostic peut également être complété par l'avis du médecin du travail, lequel est seul compétent pour juger de l'aptitude médicale du salarié à se maintenir dans ses fonctions, en lien avec l'employeur. Cependant, même si les services de santé au travail (médecin du travail, infirmière, psychologue...) sont les seuls a avoir une connaissance précise de l'environnement de travail et peuvent effectuer une étude de poste, ou formuler par exemple  des préconisations à l'intention de l'employeur en vue d'aménager le poste, l'arrêt du 28 mai 2024 redonne au médecin traitant sa place dans le parcours de soin du salarié (car il ne faut pas oublier qu'il est souvent le premier à constater les symptômes lors de la délivrance du premier arrêt de travail...).

Dès lors, il semble juste et souhaitable que les poursuites qui étaient initiées à l'encontre de ces médecins au motif de prétendus manquements déontologiques (sur le fondement de l'article R. 4127-28 du code de la santé publique) prennent aujourd’hui fin, à la faveur de cette nouvelle jurisprudence qui facilitera l'administration de la preuve et l'office du juge en matière de contentieux liés aux risques psychosociaux.

Historique

<< < 1 2 3 4 5 > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK